Petits soucis et grosses angoisses

Eh oui, la vie d’enlumineuse en herbe continue, et ce, malgré le confinement, et ça n’est pas toujours très facile !

Ne pas avoir la guidance des professeurs est parfois source de grosses angoisses quand arrivent des désagréments techniques.

Malgré le peu de travail que j’ai accompli durant la première semaine, je me suis quand même attelée à une étape non négligeable et plus que minutieuse qu’est la correction de la pose de ma feuille d’or.

En gros, quand on pose de la feuille d’or, on trace un motif, ensuite, on met un mordant (une substance collante) dans ce motif, puis on le laisse sécher, et enfin on le réactive pour poser la feuille d’or et la coller dessus.Parfois, quand on n’est pas très soigneux (comme moi) ou qu’on a mal dessiné le motif (comme ce que j’ai fait sur ma pleine page), il faut corriger la pose en enlevant l’or en trop. Et pour ce faire, il faut gratter. Soit avec une gomme abrasive, soit avec un grattoir, soit avec un objet type lame de cutter ou pointe sèche.

Et donc, me voilà face à la pleine page de mon projet de fin d’année, à mon motif mal dessiné, et donc mal doré. Et voilà que je dois enlever un morceau d’or d’1 mm sur 2 en plein milieu d’un motif plus gros, doré lui aussi. Autant dire que la gomme ne passait pas, ni le grattoir. J’y suis donc allée délicatement à la pointe.Les premiers motifs se sont bien passés. La pointe glissait sur la surface lisse et presque « plastique » du parchemin, et l’or autant que le mordant partaient facilement et sans traces.C’est alors qu’est arrivé LA section de parchemin m*r@i¤u#. Et alors que je grattais avec la plus faible des intensités, l’or s’est enlevé, mais le mordant a refusé. Et le parchemin a commencé à venir avec.

Comment vous dire qu’à 20€ la planche de parchemin, et après 5h de calligraphie, 4h de pose de mordant, autant de pose de feuille d’or, et 3h de report de traits et de fixation à l’encre, je n’avais pas besoin, ni envie, d’ailleurs, que mes corrections se transforment en fiasco total qui conduirait certainement à un TROU !

Grosse frayeur, et gros questionnement. D’abord, je me dis qu’il faut que j’arrête, tout court. Après, je me dis que je ne peux pas arrêter, car j’en suis à mon cinquième motif sur 8, et qu’à ce niveau-là, je n’ai pas le choix que de continuer à corriger. Et en plus, si je ne le fais pas, le motif global n’aura aucun sens.Pour la première fois depuis un moment, j’avais bien envie d’appeler ma prof à l’aide, mais elle n’était pas là, et pas joignable.Donc. Sueurs froides. Et finalement, j’ai continué. Et ce qui m’a pris 3 minutes pour les autres motifs m’en a demandé 15. Et je n’ai pas pu faire autrement que d’abîmer le parchemin.

Même s’il y a pire dans la vie que de faire un trou dans un parchemin, j’ai cru que j’allais pleurer. Parce qu’il s’agit de mon projet de fin d’année. Mon bébé. Mais surtout, ce qui sera observé et jugé par un jury de professionnels et qui me servira à obtenir mon diplôme.Alors si la première chose que je leur présente est un trou, comment je m’en sors, moi ??

J’ai donc laissé le tout de côté pendant au moins trois jours, histoire de me dire que peut-être, si je ne la voyais pas pendant un temps, je trouverai la partie abîmée pas si mal.Ca a presque fonctionné. Mais j’ai quand même dû changer les couleurs que j’avais prévues à cet endroit pour camoufler le tout (et pas le trou) le plus proprement possible.

Et maintenant ?Je ne sais pas si quelqu’un avec un œil extérieur ou professionnel pourrait voir l’endroit abîmé. Mais moi, je le vois.Heureusement, j’ai réussi à rattraper le désastre. Et je sais aussi que si j’ai d’autres corrections à faire à l’avenir, je prendrai beaucoup plus de précautions car le parchemin est une matière IM-PRE-VI-SIBLE !

Enfin ! Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts : j’ai avancé dans la pose des couleurs, j’ai attaqué les détails, et j’ai d’ailleurs quasiment terminé ma page. Et jusque-là, tout se déroule à merveille.
Jusqu’à la prochaine péripétie !

Sur une note un peu plus sérieuse, beaucoup imaginent que la réalisation d’un tel projet nécessite du temps et des moyens, mais très peu sont conscients de l’énergie et de l’argent que ça demande vraiment. Parler du prix du parchemin m’a fait penser à la cagnotte leetchi que j’ai mise en place il y a quelques mois, car, faute de revenus autres que ceux qui me permettent d’avoir un toit et de manger, je n’ai pas les moyens d’acheter mes fournitures. Je voudrais donc remercier les participants qui m’ont permis, justement, de pouvoir me fournir en parchemin ainsi qu’en or et en pigments. Autant dire que sans eux, je n’en serai pas là aujourd’hui.Et pour ceux qui passeraient par là et qui voudraient contribuer à cette aventure, ils peuvent toujours le faire. Que ce soit 1€, 5€ ou 10€, ça me permettra au moins de renouveler mon stock de pinceaux ! Et j’en ai besoin !

Quoi qu’il en soit, un grand merci à tous pour votre soutien !

A très bientôt pour de nouvelles aventures, et surtout, prenez soin de vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s