Les Cinq Terres d’Irrhyon – Petit guide de Manipulation : Chapitre 2

Voilà le moment de vous révéler la démarche créative qui m’a permis de réaliser mon second chapitre. Si vous voulez lire l’article concernant le premier, c’est ici que ça se passe !


Les Terres Laukares


Calligraphie Terres Tankenes – Page titre Chapitre 2 : Les Terres Laukares

Pour créer mon manuscrit, j’ai choisi de traiter différentes influences comprises dans la période allant du IX ème au XI ème siècle, mais ayant toutes un rapport plus ou moins proche avec l’enluminure carolingienne. Cela m’a permis de bien mettre en valeur les différences culturelles et géographiques de chaque partie tout en gardant une cohérence visuelle.

J’ai fait le choix de la période carolingienne car je suis tombée amoureuse de sa simplicité (ex : les encadrements robustes) autant que de sa complexité (ex : ses motifs), mais surtout de la diversité de ses styles.

Influences

Les Laukares ( « lokarr » ) ne sont pas un peuple autochtone d’Irrhyon, et sont arrivés sur leurs terres non par la force, mais via le commerce. Pour survivre, eux aussi se sont adaptés aux différentes influences culturelles, notamment à celle des Varrodens ( « varodènn » ) dont ils ont été les premiers voisins.

Les Laukares ont une culture « cousine » à celle des Tankens, mais ont malgré tout été influencés par leurs voisins les Varrodens. Pour retranscrire ces relations et influences de façon visuelle, je me suis inspirée de la culture germanique. Les Germains sont en effet un « peuple cousin » des vikings dont je me suis inspirée pour les Tankens.

Pour faire le même rapport au niveau de l’enluminure, et l’appropriation des codes culturels Varrodens par les Laukares, je me suis inspirée de l’appropriation et la réinterprétation des codes de l’enluminure carolingienne dans le style ottonien.


Manuscrits de référence

Pour me rapprocher d’une influence plutôt germanique correspondant aux celles avec lesquelles a été créée la civilisation laukare, j’ai donc choisi un style d’enluminure ottonienne. Le manuscrit de référence principal pour la pleine page et l’ornementation est le manuscrit Ott.lat.74 – Digi.Vat.Lib Ott.lat. 74, f82v.


Pour la composition générale de la pleine page et l’attitude des personnages secondaires, je me suis inspirée du Sacramentaire de Henri II, Sakramentar Heinrichs II – Regensburg -St Emmeram – ca 1002 -1014 – BSB Clm 4456 f11


Le dernier manuscrit de référence pour la pleine page est l’Évangéliaire de Otton III, BSB Clm 4453, f24r dont je me suis inspirée pour le personnage principal.


Voilà donc à quoi ressemble ma double pleine page en vis-à-vis

Démarche créative

Encadrement

La structure des encadrements rappelle encore une fois celle utilisée dans les manuscrits carolingiens : des bandeaux aux baguettes d’or contenant des motifs végétalisés. Cependant, ici, l’influence ottonienne est apportée par l’utilisation de l’or pour remplir les formes, associé à la couleur minium, ainsi qu’au bleu et au rouge.

Les motifs végétaux des bandeaux de l’encadrement et des écoinçons rappellent facilement des flammes. De plus, la palette est composée de couleurs chaudes rappelant encore une fois le feu. C’est cette impression de chaleur et de lumière que j’ai mis en avant dans cette page, car l’élément que manipulent les Laukars est le feu.

Les motifs végétaux des vignettes de la pleine page sont purement décoratifs.

Incipit et lettrine

Au centre de la page d’incipit se trouve une prière en langue laukare signifiant « Que sa lumière soit sur toi ». Le fond a été réalisé à la brosse pompon et les lettres à la feuille d’or.

Sur le pourtour est inscrit en lettre d’or le début du texte dont la suite est calligraphiée au verso de la page : « Les Terres Laukares sont constituées des royaumes d’Aon… »

Concernant les vignettes de la page d’incipit, elles représentent les capitales des trois royaumes des Terres Laukares :

→Orthal pour le royaume d’Eki (en haut à gauche)

→Korkea pour le royaume de Kolme (en haut à droite).

→Therebia la Blanche pour le royaume d’Aon (en bas à gauche).

→Therebia la Grise, également située dans le royaume d’Aon, mais qui est, elle, la capitale des Manipulateurs (en bas à droite).

On retrouve le même encadrement que sur la pleine page.

La lettrine « L » sur la page de calligraphie est inspirée de celle trouvée dans l’Evangéliaire de Henri II, Evangelistar: Perikopenbuch Heinrichs II. – BSB Clm 4452, f27r.

J’ai modifié le motif végétal pour le transformer en épineux qui représente la rudesse de l’environnement dont sont originaire les Laukars. Pour les contreformes, j’ai repris les couleurs que porte Fadrall, le vert et le pourpre.

Présentation

Généralités

Sur cette pleine page est représenté le Dieu créateur des Terres Laukares : Fadrall, dont le nom signifie « Père de tous ».

Il est accompagné de la divinité de la vie et du dieu de la mort, respectivement appelés Dahud (bonne magie) et Dagmar (impatient/impulsif).

Au centre des trois divinités, on voit une représentation du paradis des Laukars, qu’on peut associer au Valhöll/Valhalla.

Les Laukares sont originaires d’une terre sombre, hostile et froide. C’est pourquoi il ont rapidement fait du feu un élément centrale de leur existence et le considèrent comme étant à la genèse de toutes choses. En effet, celui-ci leur apporte tout ce dont ils manquent : la lumière, la vie et la chaleur.

La divinité principale : inspiration, mise en page et symbolique

Culturellement, les Laukares ressemblent énormément aux Tankens, c’est pour cela que j’ai associé les deux Terres à des influences Germaniques et Nordiques qui sont cousines. La grande différence entre eux vient du fait qu’ils ne croient pas en la même divinité, et que, par conséquent, les uns Manipulent l’air, et les autres le feu.

Visuellement, Fadrall est donc assez semblable à Uelden/Wöltan/Ölthin, que ce soit par les vêtements qu’il porte ou les couleurs qui lui sont associées. Il est également assis sur un trône, sauf que lui est porté par Dahud et Dagmar.

Parce que les Laukares sont originaires de contrées froides, Fadrall est représenté vêtu d’une cape en plus des riches étoffes pourpres d’inspiration germaniques dues à son rang. Ses cheveux sont blonds-roux et ses yeux sont bleus.

Les personnages secondaires : inspiration, mise en page et symbolique

Dahud et Dagmar, les divinités de la vie et de la mort, sont également représentés par des faux jumeaux pour symboliser le fait qu’ils ont été créés en même temps et qu’ils sont parfaitement égaux hiérarchiquement parlant : si l’un ou l’autre manque à l’appel, il est impossible à celui qui reste de soutenir le poids de Fadrall.

Le fait qu’ils portent le trône de Fadrall et se trouvent sur un plan inférieur marque leur infériorité par rapport à leur créateur, ainsi que le rôle de soutien qu’ils ont envers lui. Cela symbolise également le fait qu’ils se trouvent entre le plan céleste et le plan terrestre du fait qu’ils soient des dieux qui se sont incarnés parmi les hommes.

Dahud, la divinité de la vie est à la droite de Fadrall. Ses cheveux roux représentent la vie, la lumière, le bon. Son expression est farouche et volontaire : elle est forte.

Dagmar est à la gauche de Fadrall. Ses cheveux bruns représentent la mort, l’ombre, le mauvais. Son expression est fermée, suspicieuse.

La dualité femme/homme symbolise également leurs dualité vie/mort : la femme est associée au bien, la vie, la douceur ; l’homme au mal, la mort et la brutalité. Toujours est-il qu’ensemble, ils forment un équilibre parfait qui ne doit pas être rompu, et avec Fadrall, un triangle symbolisant le cycle de la création, de la vie, de la mort et du retour au créateur.


Voilà pour cette présentation du second chapitre de mon manuscrit. Encore une fois, c’est un gros morceau, mais j’espère que ces explications plairont aux amateurs d’enluminure autant qu’à ceux qui voudraient lire mes romans.

Sachez que les explications pour les chapitres suivants arrivent dans les semaines à venir. Le chapitre 3 concernera les Terres Suebenes.

Si l’article vous a plu, ou déplu, si vous avez des questions ou des réflexions, n’hésitez pas à laisser un commentaire ! N’hésitez pas non plus à partager !

Quoi qu’il en soit, merci pour votre soutien, et à très bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s