Les Cinq Terres d’Irrhyon – Petit guide de Manipulation : Chapitre 4

Voilà le moment de vous révéler la démarche créative qui m’a permis de réaliser le quatrième chapitre de mon manuscrit. Si vous voulez lire l’article concernant le premier, c’est ici que ça se passe !


Les Terres Varrodenes


Calligraphie Terres Suebenes- Page titre Chapitre 4 : Les Terres Varrodenes

Pour créer mon manuscrit, j’ai choisi de traiter différentes influences comprises dans la période allant du IX ème au XI ème siècle, mais ayant toutes un rapport plus ou moins proche avec l’enluminure carolingienne. Cela m’a permis de bien mettre en valeur les différences culturelles et géographiques de chaque partie tout en gardant une cohérence visuelle.

J’ai fait le choix de la période carolingienne car je suis tombée amoureuse de sa simplicité (ex : les encadrements robustes) autant que de sa complexité (ex : ses motifs), mais surtout de la diversité de ses styles.

Influences

Les Varrodens ne sont pas un peuple autochtone d’Irrhyon, et sont devenus les voisins directs des Khidalii et des Suebens après plusieurs vagues d’invasions. Ainsi, en s’établissant sur leurs terres, ils ont subi l’influence de ces deux cultures, mais principalement celle des Khidalii.

Pour créer visuellement les Varrodens, je me suis inspirée des civilisations asiatiques et amérindiennes, mais pour les représenter dans le manuscrit, je n’ai gardé que l’influence orientale.

Pour représenter les Varrodens et l’influence que les Khidalii ont eu sur eux et leur culture, j’ai donc choisi un style d’enluminure ayant ses propres codes, mais inspirés par ceux d’un voisin puissant. Je voulais aussi un style d’enluminure très riche qui représenterait bien le côté impérial flamboyant attaché à la culture Varrodene. A mes yeux, l’enluminure carolingienne représente tout cela.


Manuscrits de référence

En comparaison des autres pleines pages, le travail pour les Terres Varrodenes a été différent, car il était question d’associer un style extrême-oriental (ayant servi à concevoir la civilisation varrodene) à un style occidental. J’ai donc décidé de m’inspirer des manuscrits de l’école de Charles le Chauve pour donner à cette association une dimension spectaculaire, tout d’abord avec le Sacramentaire de Charles le Chauve, BnF, latin 1141, f6r-7v.


Je me suis également inspirée du Psalterium Caroli Calvi dit Psautier de Charles le Chauve – 842-869- BnF latin 1152- f4v et du Evangeliar (Codex Aureus), BSB Clm 14000 Einzelbilder Westfrankenreich 879 f11r


Pour les personnages, je me suis inspirés de ceux des manuscrits du groupe d’Ada, un groupe ayant participé à la réalisation de bon nombre de manuscrits à l’école palatine de Charlemagne. Mon principal manuscrit de référence est l’Evangéliaire d’Ada, StB Trèves, Hs 22, St Marc.

Voilà donc à quoi ressemble ma double pleine page en vis-à-vis

Démarche créative

Encadrement

Le style carolingien de Charles le Chauve est majestueux : les encadrements sont d’or, comportent parfois plusieurs bandeaux organisés de façon concentrique et renferment une multitude de détails allant des motifs végétalisés aux pierreries. Les couleurs les plus utilisées sont la pourpre, le vert, le bleu et le follium, que ce soit en transparence ou en aplats. Les ombres et lumières sont travaillées et créent une profondeur dans les décors. L’or en coquille et aussi très souvent utilisé pour marquer les zones de lumières ou apporter de la texture à un motif.

Les motifs végétaux représentent la matière que Manipulent les Varrodens, c’est la raison pour laquelle ils occupent une telle place dans l’encadrement.

Dans le bandeau central, alors que les couleurs sont posées en aplats avec de légères transparences pour marquer les ombres, la lumière est apportée par des filigranes d’or.

Dans le bandeau intérieur, les motifs végétaux sont en or cernés de blanc.

Les pierreries du bandeau central et extérieur de l’encadrement sont, elles, purement décoratives.

Incipit et lettrine

Au centre de la page se trouve une prière Tahura tahuki nin sugta signifiant « Tahura veille sur toi ».

Le fond a été réalisé à la brosse pompon. Les lettres ainsi que les motifs végétaux, toujours présents, ont été faits à la feuille d’or.

Le fait que la prière soit adressée à Tahura et pas à Primael prouve une fois encore que les Varrodens la vénèrent plus que ce dernier.

On remarque que Tarod est aussi absent de cette prière. C’est parce qu’il est le dieu associé à la mort et au mal, et que les Varrodens ne l’invoquent que pour parler de malheur et de malchance.

L’encadrement est le même que celui de la pleine page en vis-à-vis.

Pour la lettrine et la mise en page de la calligraphie, je me suis inspirée du Psautier de Charles le chauve, f48r. J’ai cependant inversé les types d’écriture, en utilisant une écriture onciale pour la chrysographie sur fond pourpre et une écriture rustica pour la chrysographie sur parchemin.

Présentation

Généralités

Sur cette page, seules les divinités de la vie et de la mort sont représentées. Ils se nomment respectivement Tahura et Tarod.

La dieu créateur Primael, lui, est absent.

Pourquoi Primael n’est-il pas représenté ?

Parce que les Varrodens pensent qu’il est l’impulsion créatrice de tout ce qui se trouve autour d’eux. Il garde les esprits des êtres vivants à naître et ceux qui ont fait le bien durant leur existence.

Cependant, il ne s’est pas incarné sur terre, au contraire de Tahura et Tarod. Un peu comme les Suebens qui ne représentent pas le Sinam, les Varrodens ne représentent donc pas Primael car il n’est qu’énergie, et pas un être de chair et de sang. On ne peut représenter l’énergie par un personnage.

La divinité principale : inspiration, mise en page et symbolique

Tahura et Tarod sont les divinités de la vie et de la mort créés par Primael et représentés par les Varrodens comme un couple d’amants.

Tahura est la terre vivante et veille sur les corps des vivants et des morts, tandis que Tarod est la terre où rien ne vit, celle qui se trouve sous la terre vivante, et il se charge du passage des esprits entre la vie et la mort, en gardant auprès de lui ceux ayant fait le mal, (ceux ayant fait le bien retournant auprès de Primael).

Du fait de leur lien, ils se tiennent côte à côte, mais contrairement aux autres divinités des Cinq Terres, ils sont en opposition, qui est représentée par leurs attitudes respectives :

Tahura est debout, droite et fière, prête à guider et soutenir. Elle semble sortir du fond crépusculaire qui l’entoure.

Tarod est assis et lui tourne le dos, comme en attente d’une âme à garder auprès de lui. Farouche guerrier, il ne lâche jamais son sabre qu’il tient prêt à l’emploi. Il semble vouloir rester dans l’ombre.

Ils ont les pieds bien ancrés au sol, marquant ainsi leur incarnation sur terre.

Leurs vêtements sont un mélange des vêtements extrême-orientaux que sont le hanfu (chinois), le hanbok (coréen) et le kimono (japonais). Les couleurs pourpre et minium marquent leur rang de divinité. Le vert est présent pour rappeler leur lien avec la terre dont ils sont les gardiens.

Leurs cheveux sont longs et coiffés en chignons. Chez les peuples asiatiques, les cheveux longs sont une marque de piété filiale. C’est une notion que j’ai tenu à retranscrire chez les peuples varrodens, et donc chez Tahura et Tarod.

L’habit de Tahura : le col est croisé et le rabat est fait du côté droit (vie). La jupe est ample et la veste longue, ceinturée à la taille. Les manches sont également très longues et décorées.

L’habit de Tarod : plus proche du hanbok que du hanfu, le col est également croisé mais le rabat est cette fois fait sur le côté gauche. Au Japon, c’est de cette façon dont on ferme les kimonos des morts. La veste est ceinturée à la taille et les manches sont droites. Le pantalon est ample pour permettre une liberté de mouvement. Il ne comporte aucune décoration.


Voilà pour cette présentation du quatrième chapitre de mon manuscrit. J’espère que ces explications plairont aux amateurs d’enluminure autant qu’à ceux qui voudraient lire mes romans.

Sachez que les explications pour les chapitres suivants arrivent dans les semaines à venir. Le chapitre 5 concernera les Terres Khidalii.

Si l’article vous a plu, ou déplu, si vous avez des questions ou des réflexions, n’hésitez pas à laisser un commentaire ! N’hésitez pas non plus à partager !

Quoi qu’il en soit, merci pour votre soutien, et à très bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s